Sécurité :
  • Tolérance zéro pour toutes les formes d’incivilités.
  • Garantie d’une présence rassurante et visible aux abords des écoles, dans les parcs et les lieux publics.
  • Mise en œuvre de caméras de surveillance dans tous les lieux considérés comme “sensibles” de la commune.
  • Etablissement d’un diagnostic trimestriel de la sécurité, avec consultation des habitants sur les problèmes à traiter au sein des comités de quartier.
  • Renforcement des interventions de la police et des pouvoirs communaux dans la résolution des problèmes quotidiens tels que les salissures, le stationnement gênant, la circulation, la gestion des chantiers, les nuisances sonores.
  • Développement du travail des équipes de quartier composées de divers policiers et intervenants communaux orientés sur la sécurité au quotidien ; à cet égard, l’agent de quartier joue un rôle clé car il connaît davantage les habitants et les commerçants.
  • Imposition par les agents sanctionnateurs de travaux d’intérêt général en rapport avec l’incivilité commise (exemple : dépôts clandestins, déjections canines, actes de vandalisme, ou autres dégradations de l’espace public).
  • Exigence envers l’Etat fédéral, de revoir la norme KUL pour augmenter les moyens financiers et humains du cadre opérationnel des zones de police. Ce financement pourra s’appuyer sur une réaffectation des moyens financiers du fonds de sécurité routière.
  • Maintien d’un cadre complet de la zone de police à adapter en proportion de l’évolution démographique.

< retour >